Somnolence au volant – Comment lutter contre ce danger ?




  • Saviez-vous que la somnolence au volant est la première cause des accidents mortels sur autoroute ? Ce facteur de danger est souvent mise de côté car on pense pouvoir s’en prémunir. Pourtant, elle survient très fréquemment lors des longs trajets ou lorsque vous n’êtes pas en forme. Il est important que vous sachiez reconnaitre les signes indicateurs de votre fatigue pour pouvoir agir en conséquence. Dès les premiers signes, vous devez adopter certains comportements afin de sécuriser votre vie ainsi que celle des autres conducteurs.

     

    Les statistiques routières peuvent varier selon les années, mais une chose est sûre, la fatigue au volant reste l’une des causes majeures d’accidents de la route. Pourquoi prendre des risques par rapport à cela alors que quelques gestes simples peuvent vous éviter un accident grave ? Découvrez vite tous les signes précurseurs de la fatigue au volant pour vous protéger, protéger vos proches et protéger les autres conducteurs.

     

    Somnolence au volant : Reconnaitre les signes de danger

     

    Après un long moment passé à conduire, il est normal que vous commenciez à fatiguer. Il est indispensable que vous écoutiez votre corps lorsqu’il vous signale qu’il est en état de fatigue. En effet, cela signifie que votre capacité d’attention commence à décliner ce qui représente un danger sur la route. Les signes de la somnolence au volant sont notamment : des picotements dans les yeux, des raideurs dans la nuque, des douleurs dans le dos, le regard qui se détourne de la route. Tous ces facteurs vous indiquent qu’il est largement temps de faire une pause. Arrêtez-vous une vingtaine de minutes histoire de vous dégourdir les jambes, et pourquoi pas de découvrir les campagnes vidéos sur la somnolence.

     

    Au-delà de ces signes précurseurs, vous pouvez également ressentir d’autres symptômes plus alarmants, qui dénotent un véritable manque de sommeil. C’est notamment le cas lorsque vous commencez à bailler ou à avoir les paupières lourdes. Ces avertissements de sommeil au volant sont le signe qu’il est urgent que vous vous arrêtiez pour vous reposer et dormir. Ne pensez pas qu’ils sont passagers car ils risquent surtout de s’aggraver si vous attendez davantage pour vous arrêter. Et surtout, rappelez-vous qu’il faut éviter de prendre le volant lorsque vous êtes fatigués. 

     

    Sommeil au volant – 3 conseils pour ne pas vous mettre en danger

     

    Tout d’abord, il convient de bien vous préparer avant un long trajet. L’idéal est de faire une bonne nuit de sommeil afin d’éviter la somnolence au volant. Il est également pertinent de bien choisir les heures durant lesquelles vous allez conduire. En effet, les périodes 13 h – 16 h et 02 h – 05 h correspondent à l’état postprandial, ce qui multiplie les risques de somnolence. Nous vous recommandons donc d’éviter de conduire de nuit. Et également après un repas trop copieux. Nous recommandons de rouler après le petit-déjeuner, et de veiller à avoir le ventre bien rempli pour être en forme. En revanche, si vous ne pouvez pas décaler le moment de la conduite, il faut aussi veiller à limiter vos  quantités au déjeuner et surtout ne pas consommer d’alcool.

     

    Le second conseil que nous pourrions vous donner serait de ne pas hésiter à faire des pauses pour lutter contre la fatigue au volant. Vous devez vous arrêter une vingtaine de minutes toutes les deux heures au minimum. Si vous vous sentez vraiment fatigués, n’hésitez pas non plus à faire une sieste. Son effet sera encore plus salvateur si vous prenez un ou deux cafés au préalable, qui agiront lorsque vous vous réveillerez. Si vous avez des passagers qui ont le permis de conduire, pourquoi ne pas décomposer la route et inverser les rôles pour que vous puissiez vous reposer.

     

    Enfin, sur de longs trajets, il convient d’adapter votre conduite. Tous nos conseils valent aussi pour les professionnels de la route. Veillez à maintenir une température fraiche dans votre habitacle car la chaleur est un facteur d’endormissement. Changer fréquemment de radio afin de faire appel à votre attention et ne pas tomber dans la monotonie d’un programme. Enfin, vous devez respecter les limitations de vitesse car la vitesse fatigue d’autant plus.

     

    N’hésitez pas à consulter notre site Internet pour retrouver plus d’informations et de témoignages sur la somnolence au volant.