Prévention accident de la route : 3 conduites dangereuses à éviter




  • Il y a  trois types de conduites dangereuses qu’il est préférable d’éviter. Qu’elles soient dues aux circonstances de la conduite ou à la conduite en elle-même, elles peuvent être à l’origine d’accidents graves. Et même lorsqu’il est impératif de conduire dans les situations que nous allons lister ci-dessous, il existe de bons reflexes à adopter pour réduire les causes d’accidents de la route.

    La conduite rapide

    Il y a un nombre de campagnes qui ont pour objectif la prévention des accidents de la route et qui sensibilisent notamment les risques liés à la vitesse. La vitesse excessive est la cause première de mortalité sur les routes françaises dangereux que les autres, et. La prévention des accidents de voiture passe donc par le respect des limitations de vitesse, mais également par un style de conduite qui privilégie la douceur.

    En effet, il est préférable de ne pas accélérer trop vite, d’éviter les à-coups car ils augmentent énormément les risques de perte d’adhérence. Le temps d’accélération, bien que légèrement réduit, reste tout à fait négligeable sur un trajet autoroutier. Vous n’arriverez donc pas plus vite en accélérant plus fort. De plus, l’adoption d’une conduite douce et progressive vous fera faire des économies d’essence non négligeables, et votre moteur verra sa durée de vie s’allonger.

    La conduite en état de somnolenceou sous l’emprise de stupéfiants

    Cette conduite est particulièrement dangereuse sur autoroute, puisque les longs trajets monotones ont vite fait d’endormir la vigilance du conducteur. La prévention des accidents de voiture liés à la conduite en état de somnolence ou à l’emprise de stupéfiants est nécessaire car ces types de conduites peuvent provoquer :

    • Une acuité visuelle réduite,
    • Une conscience amoindrie de son environnement,
    • Des réflexes diminués,
    • Une moindre conscience du danger de la vitesse.

    Il faut toujours se prémunir de ces dangers, en prenant la route en forme, reposéet sobre.

    La conduite de nuit

    La conduite de nuit  représente 48% des accidents mortels, alors que les trajets de nuit ne représentent que 10% du volume du trafic routier sur une journée. Plusieurs facteurs sont à l’œuvre derrière ces statistiques :

    • La nuit, les conducteurs sont souvent fatigués et préssés d’arriver chez eux, ce qui occasionne des comportement dangeureux sur la route, pouvant être à l’origine d’accidents graves.
    • Il faut également noter la présence d’animaux crépusculaires, qui attendent la nuit pour se déplacer et traverser les routes. Avec des phares qui éclairent au mieux à 200 mètres, il faut un conducteur très réactif pour éviter une collision.
    • Plus de conduites dangereuses sont relevées entre 4 et 6 heures du matin, à l’heure ou ceux qui sortent de boites de nuit prennent la route, parfois sous l’emprise d’alcool et/ou de stupéfiants.

    Les bons réflèxes pour plus de sécurité au volant :

    • Faire une nuit complète de sommeil la veille du départ ;
    • Eviter de partir la nuit (entre 22h et 6h) ;
    • Effectuer des pauses régulières tout au long du trajet au minimum 20 minutes toutes
    • les 2 heures ;
    • S’arrêter sur une aire dès les premiers signes de fatigue ;
    • Ne pas hésiter à régulièrement changer de conducteur ;