Drogue ou alcoolémie au volant : quels sont les risques ?




  • De nombreux conducteurs s’estiment en capacité de conduire après avoir bu quelques verres ou après avoir consommé de la drogue. Or, il faut savoir qu’il y a une tolérance zéro pour tout ce qui concerne la consommation de drogue et une tolérance limitée en termes d’alcoolémie de seulement 0,5g par litre de sang, soit 0,25mg d’alcool par litre d’air expiré. Cette limite est de 0,2g/l pour les jeunes conducteurs.

    Cette consommation peut compromettre gravement la sécurité des conducteurs, de ses passagers et des autres usagers sur la route. En effet, l’alcool au volant est la première cause de mortalité sur les routes françaises.

    Voici un compte rendu des risques de l’alcoolémie au volant ou de la consommation de drogue.

     

    Les effets sur le corps de l’alcool et la drogue

     

    L’alcool est incompatible avec la conduite automobile. L’alcool au volant provoque de nombreux effets sur le conducteur, même si celui-ci pense se sentir bien. Par exemple, l’alcool provoque une baisse de la vigilance et de l’attention, diminue les réflexes et allonge le temps de réaction. De même, l’alcool a un effet euphorisant et désinhibiteur : il peut notamment provoquer des comportements dangereux  ainsi qu’une conduite agressive.

    Outre ces effets, l’alcoolémie au volant peut provoquer des troubles de la coordination, des pertes de mémoire, de la fatigue, de la somnolence, etc.

    Pour ce qui est de la drogue, suivant le type de substances, les effets peuvent être différents. Cependant, sur le plan psychologique et le plan cognitif, les conséquences sont les mêmes : une concentration difficile, accompagnée d’une baisse des facultés visuelles et motrices.

     

    Les risques juridiques de l’alcoolémie au volant

     

    Pour ce qui est de l’alcoolémie au volant, le code de la route prévoit une amende de 135€ et un retrait de 6 points ou un retrait de permis (6 mois) si le taux d’alcool est supérieur à 0,5g par litre de sang et ne dépasse pas 0,79g.

    Si vous êtes contrôlés avec un taux d’alcool supérieur ou égal à 0,8g par litre de sang ou supérieur à 0,4mg par litre d’air expiré, cela constitue une infraction grave et conduit à l’immobilisation du véhicule, un retrait de 6 points sur le permis et une suspension administrative de celui-ci. Puisqu’il s’agit d’un délit, le conducteur fautif pourra être conduit au tribunal et pourra potentiellement écoper d’une amende pouvant aller jusqu’à 4500€, d’une annulation du permis ou d’une peine de prison allant jusqu’à 2 ans.

     

    La conduite sous l’emprise de drogues

     

    L’usage de stupéfiants est passible d’une peine d’emprisonnement de deux ans, de 4500€ d’amende, d’un retrait de 6 points et d’une suspension de permis de 3 ans non compressible.

    L’usage de stupéfiants en plus de l’alcool est par ailleurs passible d’une peine d’emprisonnement de 3 ans et d’une amende de 9000€.

    Le risque drogue au volant n’est donc pas à prendre à la légère, tant sur le plan juridique que personnel.