News
Toute l'actualité de la sécurité routière
vendredi 12 juillet 2013

Régulateur et limiteur de vitesse : quels effets sur la vigilance des conducteurs ?

  • La Fondation VINCI Autoroutes a publié aujourd’hui les résultats d’une étude inédite sur les effets de l’usage du régulateur et du limiteur de vitesse sur la vigilance et les comportements de conduite. Cette étude a été menée par le Centre d’investigations neurocognitives et neurophysiologiques de l’Université de Strasbourg (Ci2N) dans le cadre du programme de recherche scientifique de la Fondation dédié à la prévention de l’hypovigilance et de la somnolence au volant. Les résultats révèlent que l’utilisation de ces appareils génère des comportements atypiques, révélateurs d’une moins bonne maîtrise du véhicule.

    Tout d’abord, l’étude montre que les conducteurs rencontrent davantage de difficultés à maintenir les distances de sécurité et à moduler leur vitesse lorsqu’ils utilisent un régulateur et un limiteur de vitesse. Ainsi, les distances de sécurité vis-à-vis des véhicules dépassés diminuent en moyenne de 5% avant le déboitement et de 10% (soit environ 4 mètres) au moment du rabattement.

    L’étude met également en évidence une maîtrise plus aléatoire de la trajectoire rectiligne du véhicule en cas d’utilisation du régulateur ou du limiteur, un  phénomène qui s’accroît à mesure que la durée du trajet augmente, en particulier avec le régulateur.

    Enfin, l’étude révèle que la capacité de réaction du conducteur est sensiblement amoindrie par l’utilisation du régulateur ou du limiteur de vitesse. Ainsi, le temps de réaction à la survenue d’un événement se trouve allongé en moyenne de plus d’1 seconde - soit, à 130km/h, l’équivalent de 40 mètres supplémentaires parcourus avant l’appui sur la pédale de frein. Cette détérioration de la capacité de réaction est imputable à la diminution du niveau de vigilance liée à l’automatisation de la conduite.  Les recherches menées en laboratoire révèlent en effet une diminution plus prononcée du niveau d’éveil dès 30 minutes de conduite. Aussi, les épisodes de somnolence sont significativement plus fréquents en cas d’utilisation du régulateur (+25% à partir d’1 heure de conduite) ou d’utilisation du limiteur (+16%).

    « Cette étude met en évidence la nécessaire maîtrise par le conducteur des outils d’aide à la conduite, qui peuvent avoir tendance, en automatisant le pilotage, à le déposséder d’une partie de son attention et de sa capacité de contrôle » conclut Bernadette Moreau, déléguée générale de la Fondation VINCI Autoroutes.


    Pour plus d'infos : 

     

  • Dans le même genre
    Vidéos
    Les campagnes de prévention vidéos
(0)Commentaires