News
Toute l'actualité de la sécurité routière
mardi 04 février 2014

« 1 conducteur sur 12 distrait au volant »

  • Une étude de l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR)  

    A l’occasion du Salon de l'Auto à Bruxelles, qui s’est déroulé mercredi 22 janvier, l'Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR) a présenté une étude sur le comportement des conducteurs. A l’issue de cette présentation, le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet, présent au salon, a souligné : « un conducteur sur 12 que vous rencontrez est un conducteur distrait, ce qui est inquiétant ». Les résultats de cette étude, menée fin 2013 à 156 endroits de la Belgique, montrent que le téléphone portable reste la principale source de distraction, en particulier lorsque les conducteurs se trouvent seuls dans leur véhicule.

    Les résultats de l’étude

    Selon l’étude, ce sont les chauffeurs de poids lourds qui utilisent le plus leur téléphone portable au volant : ils sont en effet 6,3 % contre 2,8 % des automobilistes. L’utilisation du téléphone portable varie également selon les régions étudiées, l’environnement routier et même le sexe. Ainsi à Bruxelles, l’étude note que 5,5 % des conducteurs utilisent leur téléphone au volant sans kit mains libres, alors qu’ils représentent 3,4 % en Flandre et 3 % en Wallonie. De plus, les conducteurs utilisent plus leur téléphone portable lorsqu'ils se trouvent sur l'autoroute (6,6 %) qu'en agglomération (1,9 %). Enfin, l’étude signale que les hommes (1,4 %) présentent d’avantage ce comportement à risque que les femmes (0,8 %).

    Une enquête complémentaire

    En parallèle de cette étude, l'IBSR a également mené une enquête auprès de 1 540 conducteurs qui met en évidence le fait que l’utilisation du téléphone portable au volant ainsi que la somnolence sont largement reconnues par les conducteurs comme étant des comportements à risque. L’étude pointe également les contradictions entre la perception des dangers par les conducteurs et leurs pratiques au volant : ainsi si 90 % d'entre eux estiment qu'il est inadmissible d'envoyer des sms en conduisant, dans les faits, 1 conducteur sur 3 admet qu'il lui arrive d'envoyer un SMS pendant qu'il conduit. A noter également, plus de 50 % des conducteurs déclarent s'être déjà sentis fatigués et somnolents au volant au cours de l'année écoulée, alors qu’ils étaient 85 % à considérer comme inacceptable le fait de conduire en étant fatigué.


    Pour plus d'infos

  • Dans le même genre
    Vidéos
    Les campagnes de prévention vidéos
(0)Commentaires